Contenu conçu en partenariat avec
La Chaire en littératie médiatique multimodale de l’UQAM

Qu’est-ce que l’analphabétisme?

Il s’agit de l’incapacité de lire et de comprendre un simple texte et d’utiliser ou de transmettre des informations écrites dans la vie de tous les jours1, et la présence de ses difficultés nuit à son intégration à la société2. Les causes sont multiples, mais peuvent être, entre autres, la sous-scolarisation des enfants.

Alphabétisation : son contraire et la solution

L’alphabétisation est un outil incontournable à la préparation adéquate des personnes au marché de l’emploi et à la réalisation de tout un chacun en tant que citoyen.

Elle est capitale dans la création de conditions favorables à une économie florissante et à un sain exercice de la démocratie. Il est primordial de rompre le cycle de la sous-scolarisation et de l’analphabétisme au Québec par des investissements substantiels permettant de promouvoir la lecture au sein des familles, notamment celles vivant en milieux défavorisés.

Les risques de la sous-scolarisation

Si rien n’est fait, 1 enfant sur 5 risque d’être analphabète.

Cette donnée se traduit par une perte de capital humain inadmissible pour notre société. Il y a urgence d’agir!

Analphabétisme au Québec : d’autres données

Le Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA), vaste enquête internationale réalisée par l’OCDE dont les résultats ont été rendus publics en 2013, ainsi que d’autres recherches réalisées à l’échelle provinciale nous révèlent ce qui suit:

Près de 1 jeune sur 2 issu d’un milieu défavorisé ne termine pas ses études secondaires.

Près de 1 jeune sur 2 issu d’un milieu défavorisé ne termine pas ses études secondaires.

Près de 1 jeune sur 2 issu d’un milieu défavorisé ne termine pas ses études secondaires.

Sources :

1 et 2CDEACF. «Dossier spécial Peica» [https://cdeacf.ca/dossier/peica ], 2021

Font Resize